Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Menu
AccueilDécouvrir la RochePatrimoine
A- A+

Patrimoine

Deuxième Cité historique de la Haute-Savoie

La Roche-sur-Foron est la deuxième Cité historique de la Haute-Savoie. Ses origines remonteraient au Vème siècle. Sa situation stratégique à flanc de montagne prédisposait la Roche-sur-Foron à être un bourg fortifié facile à défendre, ouvrant une vue dégagée sur la Vallée de l’Arve et le Bassin Lémanique.

La première enceinte entourait l’actuel quartier du Plain-Château, protégé par trois portes et trois châteaux. La nécropole Burgonde située sur le site de la Balme, datant du Vème siècle, confirme une présence humaine ancienne.

Le nom de la Roche trouve son origine dans la famille seigneuriale de Louis et Anselme de La Roche. Il vient du latin « Rupes » qui signifie rocher, sur lequel fut bâti le donjon de l’ancienne forteresse des Contes de Genève. Comme les nombreux blocs erratiques transportés lors de la fonte du glacier qui, il y a 10 000 ans encore, couvrait la vallée de l’Arve.

Le Comte du Genevois, chassé de Genève, établit sa résidence principale à Annecy et à la Roche-sur-Foron jusqu’en 1219.

Dès le XIIème siècle, le rôle commercial très actif de la ville favorise l’extension du bourg hors du Plain-Château. Cette extension commencera par l’Eglise Saint Jean-Baptiste (avec son clocher à bulbe et son orgue classé monument historique), puis suivront les rues Perrine et de Silence avec leurs maisons colorées et mal alignées des XVIème et XVIIIème siècles, encore visibles aujourd’hui.

En 1335, les franchises écrites permettent un véritable essor commercial et économique. Elles amènent la ville à être, au XVIème siècle, le plus grand centre de foire du duché de Savoie.

Une fonction éducative s’ajoute au rôle commercial de la Cité avec la création d’écoles, puis de collèges, par lesquels passent plusieurs grands personnages :

  • Vers 1452, Guillaume Fichet, natif du Petit Bornand, fréquente le collège et devient, plus tard, recteur de la Sorbonne. Fin diplomate de Louis XI, il introduit l’imprimerie en France et fait installer en 1469 le premier atelier français de typographie.
  • En 1573, François de Sales, né à Thorens-les-Glières, poursuit ses études à la Roche-sur-Foron. Il deviendra évêque de Genève, docteur de l’Eglise et Saint patron des journalistes.

La configuration actuelle du centre-ville comporte la 1ère enceinte avec le quartier initial du Plan-Château, la 2ème enceinte avec l’église, les rues Perrine et de Silence, et enfin l’époque de la restauration Sarde de 1815 et de ses monuments néoclassiques comme l’hôtel de ville, la Grenette, les Arcades de la place de la République.

Au fil de son histoire

Au fil de son histoire et grâce à ses programmes de protection et de restauration de son habitat, La Roche-sur-Foron a conservé près de 60 % de son patrimoine au cours des siècles, ce qui lui vaut aujourd’hui de posséder un des patrimoines historiques urbains les plus importants de toute la Haute-Savoie.

La Cité Médiévale de La Roche-sur-Foron est aujourd'hui considérée comme la deuxième cité historique de Haute-Savoie. Grâce à un important patrimoine très bien restauré et un fleurissement qui en fait une des plus « Beaux Détours de France », La Roche a su mettre en valeur ses édifices historiques, petites rues pavés et décor d’antan. Ajoutons à cela une longue tradition de "petits commerces", tous situés au cœur de la vieille ville, et vous obtiendrez une Cité Médiévale riche et vivante.

La Roche-sur-Foron fait aujourd’hui partie des « Plus Beaux Détours de France », un réseau national qui rassemble 100 villes de 2 000 à 20 000 habitants présentant un véritable attrait touristique et qui méritent, de ce fait, le détour. Créé en 1998 par l’ancien Ministre du Tourisme, Monsieur Jean-Jacques Descamps, ce réseau édite chaque année un guide de 160 pages estampillé Michelin, distribué aux Offices de Tourisme du réseau. Imprimé à 180 000 exemplaires, il est le deuxième guide touristique national par sa diffusion. Chaque commune obéit à un cahier des charges spécifique et fait l’objet d’une évaluation tous les 3 ans par des agents du guide Michelin afin de contrôler les services et l’offre touristiques de la Ville. Plus qu’un label, la marque « Plus Beaux Détours» doit être considérée comme une appellation contrôlée qui s’efforce de garantir aux visiteurs que le détour en vaut la peine. Ce guide considère que les villes qu’il a choisies présentent « un grand intérêt de par leur patrimoine architectural et immatériel, leurs animations, leur identité artisanale et gastronomique, leur capacité d’accueil, leur dynamique de développement et d’aménagement, l’atmosphère générale de la ville et de leur Centre historique et ce toute l’année durant ».

Le quartier du Plain-Château

Le quartier du Plain-Château en est un parfait exemple. Il est le plus ancien de La Roche-sur-Foron (1ère enceinte du XIe siècle) et fut bâti sur un promontoire naturel, permettant ainsi de prévenir plus facilement les attaques des assaillants.

Il était alors entouré de remparts dont il reste aujourd’hui encore un mur et une porte d’enceinte d’origine, ainsi que 2 portes reconstituées. On y trouve également de magnifiques maisons nobles du XVIème et du XVIIème siècle comme la Maison des Chevaliers de l’Annonciade, avec son appareillage en calcaire blanc qui n’est pas sans rappeler le style cher à Charlotte d’Orléans ou encore des mesures à grains en pierre de 1558, très rares dans notre région. Jouant à l’époque leur rôle de protection, le Château de Saix (propriété privée) et le Château de l'Echelle (devenu espace culturel municipal), ainsi que la Tour des Comtes de Genève (1228), ultime vestige du château comtal, se situent aux extrémités du quartier. Du sommet de cette tour, juchée sur un immense bloc de "roche" erratique, les nombreux visiteurs peuvent contempler un splendide panorama qui va du Jura suisse au cirque grandiose de nos Alpes et de la vallée de l’Arve.
La rue des Fours banaux relie le Plain-Château à la seconde enceinte, dont l’Eglise Saint-Jean-Baptiste fut la 1ère construction au XIIIe siècle. De part et d’autre du chœur, l’église dispose de deux belles chapelles de style gothique du XVIe siècle, ainsi que de vitraux non figuratifs originaux restaurés dans les années 1980. De plus, son orgue italo-sarde daté de 1861, réalisé par Giovanni Franzetti, est classé monument historique, son clocher à bulbe est un ajout du XIXe siècle.

Rappels de l’époque où La Roche-sur-Foron jouait, à armes égales avec Annecy ou Genève, de nombreux hôtels particuliers du XVIe et XVIIe siècles, avec de belles fenêtres à meneaux, jalonnent toujours la rue de Silence et la rue Perrine (maison Boniface de la Grange, au n°79, avec ses linteaux de fenêtres gravés d'inscriptions latines).

Le charme et l’intérêt touristique de la Ville tiennent au fait que la configuration du centre bourg a peu changé au cours de ces 1000 ans. La dernière évolution structurelle importante date du XIXe siècle, avec les monuments néoclassiques comme l'Hôtel de Ville, la Grenette et la place de la République avec ses arcades caractéristiques que l’on retrouve à Turin ou dans le département à Cluses et à Sallanches (autre ville « Plus Beau Détour de France »).

Enfin, relevant du patrimoine industriel, le fameux Réservoir d’eau qui permit à La Roche-sur-Foron, d’être en 1885, la 1ère ville d’Europe dotée de l’éclairage électrique public. Construit en pierre, il servit, entre 1885 et 1904, de retenue d’eau durant la journée en déviant le cours du Foron, de manière à produire à la nuit tombée l’électricité nécessaire à l’éclairage public. Il a été restauré en 2011 et se situe avantageusement le long du parcours de promenade du parc public du Château de l’Echelle.

Et à 1,2 km du centre-ville, se situe la Bénite Fontaine, lieu de pèlerinage réputé depuis plusieurs siècles. Au creux d’un vallon, sa source aux vertus curatives aurait sauvé des vies au cours des épidémies de peste au XVIème siècle.

Au XVIIème siècle, sa réputation s’étend et Saint-François de Sales, alors prince-évêque de Genève, demande au curé de La Roche-sur-Foron d’ériger près de la source une chapelle dédiée à Sainte-Marie, sous le vocable de la Visitation. Ce sera fait grâce à l’aumône des pèlerins.

Puis devant l’affluence de plus en plus importante de pèlerins, une nouvelle chapelle de style néo-gothique sera érigée au XIXème siècle sur le plateau et consacrée en 1863. Suivra l’installation des 14 stations du chemin de croix qui mènent à la source et à l’oratoire.

Plus d'informations

  • Une balade à la Roche
  • Les Guides des Pays de Savoie
  • Afin de préserver le patrimoine, consultez nos documents officiels :

    • Le cahier de prescriptions et recommandations architecturale a été mis en place par délibération du Conseil municipal du 28 mai 2015 (délibération n°28.05.2015/15).
    • Elle annule également l'élaboration de l'aire de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP) et modifie la révision générale du plan local d'urbanisme (PLU). Plus d’information prochainement…

Mairie

1 place de l'Hôtel de Ville
74800 La Roche-sur-Foron

Tél. 04.50.25.90.00
Fax. 04.50.25.94.25
mairie@larochesurforon.fr
Horaires d'ouverture :
Du lundi au jeudi :
8h30 à 12h / 14h à 17h

Le vendredi :
8h30 à 12h / 14h à 16h

Newsletter

Abonnez-vous ! Pour suivre l'actualité de votre ville, inscrivez-vous à la newsletter mensuelle.
Ok